Feminin

La spasmophilie, l’invitée surprise ! (salope !)

15 juin 2018
Crise de spasmophilie

Mardi dernier, je sirotais tranquillement mon verre de vin quand j’ai commencé à me sentir un peu mal. Vous savez quand le cœur s’accélère légèrement, rien de bien grave mais la sensation n’est pas agréable. Je me suis dis qu’il fallait peut-être remplacer mon vin par un sirop aux fruits léger… et mon mari est arrivé quelques minutes plus tard. Il a vu tout de suite à ma tête que ça n’allait pas super bien. Il est habitué à me voir avec des migraines ou des règles (très) douloureuses et depuis le temps, il me connait bien. Je lui ai dis que j’allais m’allonger quelques minutes parce que je ne me sentais pas très bien… juste le temps que ça passe.

Il était 21 heures 30.

Ouais mais une fois allongée, c’est devenu pire ! Les battements de mon cœur se sont accélérés et j’ai commencé à me sentir oppressée au niveau de la poitrine. J’ai essayé de respirer longuement et calmement, sans succès. Mon mari, inquiet, a voulu qu’on aille à l’hôpital.

Mais je ne suis pas une chochotte moi ! Je ne vais pas à l’hôpital pour rien !

(ouais… on en reparlera hein…)

Après 30 minutes à essayer de calmer tout ça, mon cœur battait la chamade, j’avais mal dans la poitrine, au bras droit, mes 2 bras étaient très très lourds, j’avais des étourdissements, mes acouphènes (que j’ai toujours) étaient monté de plusieurs niveaux et j’avais de grosses difficultés à respirer.

Je vous avoue que je n’en menais pas large mais je pensais que ça passerait… J’ai quand même commencé à me rhabiller tranquillement au cas où (moi qui disait sur Instagram que j’étais contente d’avoir enfilé mon pyjama sirène avant 18 heures parce que j’étais crevée). Et j’ai commencé à sentir des engourdissement dans mes mains et avoir du mal à parler.

Bon, là j’ai pris mon sac, direction les urgences.

Il était 22 heures.

J’avais l’impression que tout me demandait un effort surhumain : parler, respirer, marcher, me concentrer…

J’ai été prise en charge très rapidement aux urgences. Les symptômes ont commencé à se calmer quand j’ai fait l’enregistrement administratif. Je crois que c’est le fait de me concentrer sur les questions que l’on me posait qui m’a aidé comme donner mon adresse ou mon numéro de téléphone.

Problème : Miss L ne pouvait pas rentrer aux urgences. Je suis donc passée seule…

Il était 22 heures 30.

On m’a tout de suite fait un ECG qui était normal et ensuite on m’a mise dans un box pour voir le médecin… On m’a dit que mon père avait été appelé pour récupérer ma fille. Là je me suis dit que mes parents allaient flipper donc j’ai tout de suite envoyé un texto pour dire que je n’avais pas prévu de mourir tout de suite (on a le sens de la mesure dans la famille !).

Un gars m’a demandé si j’avais fait l’entrée avec mon mari, je lui ai répondu que non, j’avais mangé direct la pizza. Ce n’était pas la bonne réponse, il parlait de l’entrée administrative… Il m’a demandé si mon mari avait tout gardé, je lui ai répondu que oui, il gardait ma fille… Oui donc en fait il parlait toujours des étiquettes d’entrée… J’ai pouffé un peu honteuse ! Quand il m’a demandé le numéro de téléphone de mon mari, j’ai balancé le premier qui me venait à l’esprit, en me disant que si c’était le premier dans ma tête, c’était forcément un proche. Heureusement, c’était le bon !

On sait que quand on met un pied aux urgences, il faut savoir être patient. Ça m’aurait clairement aidée si mon téléphone avait eu de la batterie ! J’aurais pu bosser, raconter ma vie en stories instagram, traîner sur les réseaux sociaux, jouer au docteur en tapant mes symptômes sur Doctissimo (adieu !). Oui mais non ! 5% en arrivant aux urgences, forcément, ça n’a pas fait long feu… J’ai envoyé 2 sms à mon père et 2 à mon mari… qui ne les a jamais reçus puisqu’il avait oublié son téléphone à la maison (ça sert vachement d’avoir un iPhone dernier cri chéri !!!).

Alors j’ai patienté… les douleurs avaient diminué et j’avais retrouvé mon souffle. Il me restait une sensation d’oppression et des douleurs dans au niveau du haut du ventre et du dos.

J’ai patienté.

J’ai patienté avec cette petite mamie qui a hurlé non stop pendant des heures. Elle était tombée à la maison de retraite et avait oublié pourquoi elle était là. Elle voulait rentrer auprès de son mari.

J’ai patienté avec ce monsieur qui insultait et menaçait l’infirmier de le tuer à cause de la prise de sang.

J’ai patienté avec ce jeune qui s’était brisé la cheville en courant avec son chien.

J’ai patienté avec ce vieux monsieur qui portait une couche mais qui s’est foutu à poils devant moi pour pisser.

Et le médecin est venu… Une adorable doctoresse qui m’a rassurée et m’a prescrit une prise de sang pour être sûre que je ne fasse pas une embolie pulmonaire. Franchement, j’ai hésité à la refuser. Je savais que les résultats étaient longs à avoir (on avait déjà dû en faire une à Miss L) mais je me suis dit que maintenant que j’y étais… autant être sûre.

Il était minuit et quart.

Ma première crise de spasmophilie #spasmophilie #tétanie #santé #zen

J’ai patienté.

L’infirmière est venue avec son chariot pour la prise de sang… et elle est repartie.

J’ai patienté.

Il était 1h30.

Elle est revenue un peu plus tard, le docteur avait fait une crise d’hypoglycémie. On a discuté un peu, elle avait flashé sur mes Zhoelala ! Elle m’a piqué, une première fois, une deuxième, elle ne comprenait pas pourquoi l’aiguille ressortait. Moi non plus. Bizarrement, ça ne m’a pas vraiment étonnée, avec moi, rien ne se passe comme avec les autres. Ma veine a claqué. Elle a fini par réussir en me disant qu’on se contenterait du bilan pour éviter de me repiquer et s’est excusé pour le futur hématome que j’aurai le lendemain. Ce à quoi j’ai répondu que ce n’était pas grave, qu’elle ne m’avait pas fait mal et que je ne passais pas ma vie à prendre mon bras en photo donc que je m’en fichait.

A ce moment-là, je crois qu’elle m’a kiffée. Elle m’a dit faire partir mes flacons en urgence parce que j’attendais depuis longtemps sans me plaindre et qu’en plus, elle était gênée car il fallait qu’elle me mette dans le couloir pour libérer le box. Elle m’a apporté un petit verre d’eau.

Et j’ai patienté ! Sur mon brancard, avec ma blouse, dans le couloir.

Mais cette fois, mon mari a eu le droit de me rejoindre, oui ça faisait 4 heures qu’il m’attendait en salle d’attente (elle porte bien son nom).

A lire aussi : Mes astuces pour soulager les migraines
Il était 2 heures.

J’ai patienté avec mon mari.

Nous avons patienté avec cette fille à la limite du coma éthylique qui gémissait sans cesse.

Nous avons patienté avec la petite mamie qui s’est réveillé en demandant pour la centième fois « où je suis ? », « je me suis perdue ».

Nous avons patienté avec cette femme complètement défoncée qui se promenait en soutien-gorge en demandant à boire. Vous avez de l’eau ? Ou du whisky ? Allez donnez-moi du whisky. Elle a finit par partir après avoir insulté tout le personnel médical.

Nous avons patienté avec ce monsieur qui a fait un arrêt respiratoire.

Nous avons patienté avec un autre, dévêtu (apparemment c’était le dress code de la soirée) qui ne voulait pas attendre pour se faire soigner et grattait la porte de ses ongles.

Nous avons failli attendre avec une folle qui est arrivée en hurlant à plein poumons…. (les pompiers et le personnel ont réussi à crier plus fort et elle n’est pas réapparue).

La gentille infirmière est passée deux fois pour m’informer que mes résultats n’étaient pas encore prêts, que ça ne les dérangeaient pas de me garder parce que j’étais agréable (on comprend pourquoi…) mais que ça leur ferait plaisir que je puisse rentrer chez moi.

Et le Saint Graal est arrivé ! Mes résultats étaient OK. La gentille doctoresse (bien plus jeune que Dr Quinn) m’a dit que je pouvais rentrer ! Pas de problème cardiaque ni d’embolie, juste une crise de spasmophilie, rien de bien grave.

Dans l’empressement, je suis partie avec quelques électrodes ! Souvenirs !

Il était 4 heures 30 !

Et j’ai fait un GROS dodo !

Bref, une nuit pas comme les autres ! Au moins ça change !

Et puis le lendemain, je n’avais même pas d’hématome !

Par contre, épuisée et l’impression d’avoir été écrasée par une planche à repasser ! J’imagine que c’est dû à la contraction ou la crispation de la cage thoracique… (je ne suis pas médecin hein… c’est mon ressenti mais autant je dis une méga connerie).

Bon plus sérieusement, je crois que c’est le manque de sommeil et la fatigue qui ont provoqué cette crise. J’ai lu sur internet (non pas sur les forums Doctissimo lol) que cela pouvait venir d’un manque de sommeil profond ; en ce qui me concerne, c’est fort possible. C’est certain que je ne suis pas la zénitude incarnée mais il ne me semble pas être stressée à ce point. Et puis quand c’est arrivé, je faisais des partages de comptes en stories, y’a pire comme stress ! En plus, en ce moment, je suis en plein dans mon trip « feel good », développement personnel et j’attaque même la méditation ! J’irai voir mon médecin traitant pour lui en parler mais pour le moment, j’essaie de me reposer un peu plus.

En tous cas, j’ai reçu plusieurs témoignages très intéressant sur la spasmophilie et la tétanie et pas mal d’astuces sur comment gérer les crises. Alors un grand MERCI ! C’était ma première et j’espère la seule et j’ai une grosse pensée pour mes lectrices et copines qui subissent ça régulièrement. Ça doit être épuisant.

Ah par contre, j’ai découvert un truc à l’hôpital… deux en fait ! Le premier, c’est que je suis hyper patiente ! Le second… apparemment je suis un mec ! Sexe : Masculin. Pourtant j’ai vérifié, aucune bite n’a poussé !

Ma première crise de spasmophilie

Vous avez déjà eu une crise de spasmophilie ?

Si vous avez des petites astuces ou des conseils, n’hésitez pas à les laisser en commentaires.

Moi je file chez l’hypnothérapeute pour ma première séance !

 

Commentaires

Commentaires

A lire aussi

16 Comments

  • Reply Rose63 15 juin 2018 at 7 h 50 min

    Oui je sais ce que c’est
    Il faut apprendre à se gérer …..
    Bonne journée
    Bise du vendredi et bonne fin de semaine

    • Reply Milie 15 juin 2018 at 9 h 15 min

      Merci, à toi aussi 🙂

  • Reply Isabelle Bergamote 15 juin 2018 at 9 h 29 min

    Quel parcours aux urgences ! Et que du beau monde

    Bon, j’espère tout de même pour toi que cette crise sera la dernière. Prends soin de toi !

    Bises

    • Reply Milie 15 juin 2018 at 9 h 30 min

      Les urgences quoi 😉 En même temps, c’était ma première fois lol
      J’espère aussi ! Bisous <3

  • Reply Isabelle d'EzEvEl 15 juin 2018 at 10 h 31 min

    Tiens je me demande si mon homme n’en ferait pas vu ce que tu décris
    Le tour aux urgences, c’est jamais une partie de plaisir (en enlevant ses propres symptômes)

    • Reply Milie 15 juin 2018 at 11 h 53 min

      Ce n’est rien de grave 😉
      Bises

  • Reply julesetmoa 15 juin 2018 at 11 h 05 min

    Quelle aventure !! je ne sais pas dans quel hôpital tu as été mais je n’ai jamais eu à subir ce genre de personne par chez moi et heureusement ! Dans ma famille, nous sommes les spécialistes des malaises. A certaines périodes je peux en faire un par jour, ce n’est que du bonheur ! bon courage et repose toi bien en tout cas

    • Reply Milie 15 juin 2018 at 11 h 50 min

      Toulon, la nuit 😉
      Oh mince !

  • Reply Lorene Twinsandus 15 juin 2018 at 13 h 28 min

    Coucou alors oui j’ai eu la première à 23 ans, plusieurs mois après avoir fait failli me noyer. Puis j’en ai refait plus tard pour des galères avec un mec. Ce qu’il faut admettre c’est que c’est le corps et la tête qui envoient un message, pour dire il y a un truc qui va pas. Mais qui peut remonter à plusieurs mois ou années. A la première j’ai été pris en charge par un homéopathe, et j’ai fini par m’en débarrasser. Plus tard’ quand ça a recommencé pour ces histories de mec, j’ai repris le même traitement de fond et fini par virer le mec en question. Et depuis, tout va bien, ma tête et mon corps sont bien en phase. C’est hyper flippant, anxiogène, mais la bonne nouvelles c’est qu’ on peut contrôler en apprenant a bien se connaître et les faire disparaître. A ta dispo en mp sur les RS si tu veux -;) bisous

    • Reply Milie 15 juin 2018 at 14 h 21 min

      J’ai rdv chez l’hypnothérapeute la semaine prochaine (mon rdv a été décalé). A la base pour autre chose mais j’imagine que ça ne peut pas faire de mal…
      Pis sinon je retournerai chez l’ostéo 😉
      Merci <3

  • Reply Une parisienne à Vincennes 15 juin 2018 at 16 h 03 min

    Ah ben dis donc !! Désolée je n’ai pas de conseils à te donner ;-(

    • Reply Milie 15 juin 2018 at 18 h 41 min

      Oh mais c’est pas grave bichette 🙂

  • Reply Carole Nipette 15 juin 2018 at 16 h 33 min

    Je ne pense pas en avoir déjà eu mais si tu as des soucis de sommeil c’est par ça que tu devrais commencer… le sommeil c’est la vie en fait… !

    • Reply Milie 15 juin 2018 at 18 h 40 min

      carrément !

  • Reply Math78000 16 juin 2018 at 8 h 04 min

    je connais pas désolez mais plein de courage bisous

    • Reply Milie 16 juin 2018 at 13 h 55 min

      Merci <3

    Laisser un commentaire