Il y a presque 2 ans, nous avons perdu notre chat. Miss L avait 4 ans. Ce jour-là, elle lui a dit adieu. Entre 2 sanglots, j’ai eu du mal à lui parler. En rentrant à la maison, il a fallu lui expliquer qu’elle ne le reverrai plus, plus jamais, qu’il était mort. Et nous avons eu notre première conversation sur la mort. Un moment difficile à vivre en tant que parent, surtout lorsque nous devons, nous aussi, gérer notre peine et nos larmes.

Nous lui avons dont expliqué que « Cha-Chat », comme elle l’avait surnommé, était vieux et malade, qu’il souffrait et qu’il était mort. Nous lui avons dit que désormais il ne souffrait plus, qu’il était sûrement au ciel avec d’autres animaux qui étaient morts et que nous pensions qu’il était heureux.

Parler de la mort à son enfant

J’avais acheté le livre Au revoir Blaireau, que l’on m’avait conseillé pour aborder le sujet de la mort d’un animal ; malheureusement, acheter un livre c’est simple, réussir à le lire, c’est autre chose. Les larmes coulaient à chaque page… Finalement, on ne l’a lu qu’une fois (et ça n’a pas été facile).

Il a fallu bien insister sur le fait qu’elle ne le reverrai plus, plus jamais. Evidemment, quand on a 4 ans, on a du mal à intégrer cette idée…

Elle a pleuré… elle a réclamé le chat pendant quelques jours… puis c’est passé. Du moins, c’est ce que nous pensions.

Sauf qu’en fait, pendant pas mal de mois, elle a tout simplement refusé d’en parler ou de regarder une photo de lui !

Ca me fait pleurer mon coeur… !

Ben moi aussi ma chérie, c’est normal !

Et depuis une dizaine de jours, les questions reprennent… Déjà elle reparle beaucoup de lui. Elle s’en rappelle un peu, elle nous pose beaucoup de questions sur lui : à quoi il jouait ? est-ce qu’il griffait ? il était rigolo !

Et puis la dernière fois, le drame ! Une petite Miss L toute tristounette et pleine de larmes avec un gros problème, la peur de mourir... la peur que nous mourrions.

A 1000 ans, on sera mort !

Cela avait un petit côté comique et irréel à cause du terme « 1000 ans », d’ailleurs j’ai cru qu’elle nous jouait la comédie mais sa peine était réelle.

Pas simple de lui faire comprendre que 1000 ans est un âge complètement hors de la réalité… On a donc essayé de lui expliquer par rapport à l’âge de son arrière-grand-mère mais je ne suis pas certaine qu’elle ait bien compris. Nous avons bien insisté sur le fait que les gens ne pouvaient pas vivre 1000 ans, que c’était trèèèèèèès trèèèèèès long !

Nous lui avons dit que c’est naturel de mourir, que d’abord, on est enfant, on grandit, on devient adulte, on vit sa vie, on se marie, on a des enfants, un travail, on a des petits-enfants, parfois des arrières-petits-enfants, … On a essayé de lui montrer que nos vies étaient bien remplies avant de penser à la mort mais que la mort était au bout de chemin... que ça faisait partie de la vie et que c’était normal.

S’y préparer…

Nous ne sommes jamais vraiment prêts à aborder ces sujets avec nos enfants, ces sujets qui nous font généralement trembler nous-même mais ces questions arrivent tôt ou tard et il vaut mieux y avoir réfléchi avant. Savoir quel message nous voulons leur faire passer. Nous ne voulions pas utiliser les termes « partis » ou « endormis » pour qu’il n’y ait pas de confusion, nous avons toujours utilisé le mot « mort ». C’est parfois brutal (d’ailleurs mon mari a plus de mal) mais je pense que ça l’est surtout pour nous, les enfants ont besoin que les choses soient claires et expliquées simplement (sans rentrer dans les détails). Ils ont besoin d’être rassurés, nous pouvons les aider, simplifier les choses, mais sans leur mentir.

Sophie et Hélène, ayant perdu l’un de leurs parents, ont également dû avoir cette conversation sur la mort avec leurs jeunes enfants… Mais lorsque nous n’avons pas perdu nos proches, nous n’y pensons pas forcément, nous devrions

Et ? et ? et ben c’est tout ! C’est tout ce que je peux faire pour l’aider car je n’en sais pas plus… Ce n’est peut-être pas la meilleure façon de faire mais c’est la mienne…

C’est si difficile de ne pas avoir une réponse magique…
D’ailleurs, connaissez-vous d’autres (bons) livres pour enfant sur le sujet ?

Image Map
Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

Commentaires

54 Comments on Maman, je ne veux pas mourir à 1000 ans !

  1. Gertrude
    12 juin 2014 at 8 h 36 min (2 années ago)

    Quel article intéressant…
    Je suis moi même malade (ça n’est pas mortel) et j’ai été hospitalisée en octobre dernier. Depuis, mon fils refuse de nous quitter même pour une nuit…
    Mon fils a 5 ans et 1/2 et il nous parle svt de la mort, de partir au ciel (je n’ai pourtant jamais évoqué cette expression que de mon côté je n’aime pas), il nous a aussi fait la crise de larmes en nous disant « mais alors un jour j’aurais plus de parents?? ».
    J’aime ta façon de voir les choses, nous avons eu la même façon de faire avec mon mari, la vie est bien remplie, on a du temps devant nous, etc….
    Mais la maladie implique d’autres explications qu’il ne me tarde pas de devoir lui donner…
    Et pourtant, leurs questionnements, si petits soient ils, sont tellement justifiés!
    Pour avoir vu un psy à ce propos, le mieux est d’être honnête mais de ne pas aller au delà de leurs questions, ne pas aller + loin que leur niveau de questionnement…
    Donc j’attends ses questions suivantes, faudra improviser, un peu, mais rester honnête, encore…
    G

    Répondre
    • Milie
      12 juin 2014 at 8 h 55 min (2 années ago)

      C’est ça, ne pas mentir mais ne pas rentrer non plus dans les détails.
      Par contre, c’est vrai que la maladie des parents, des grands-parents, ça change un peu la donne. Comme nous avec le chat (c’est différent, je te le concède totalement mais c’est une confrontation avec la mort).
      Elle regarde beaucoup la reine des neiges et, dès le début, les 2 parents meurent, et chaque fois, je m’attends à une question car elle commente « ils sont morts » et puis non, elle passe à autre chose.
      Ce sont des questions naturelles mais ce n’est pas simple pour autant 😉
      Bon courage 🙂 (pour les questions et la maladie)

      Répondre
      • Gertrude
        12 juin 2014 at 12 h 47 min (2 années ago)

        Oh non, ce n’est pas simple, mais c’est aussi l’apprentissage de la vie pour eux et du rôle de parents encadrants pour nous 😉
        Pour le chat, notre chienne vieillit aussi et je me pose déjà la question de savoir comment je vais répondre à ses questions quand moi même je serai si triste… C’est différent mais pas tant que ça 😉
        Allez, on va y arriver, ne sommes nous pas des mères parfaites? 🙂
        G

        Répondre
        • Milie
          12 juin 2014 at 14 h 48 min (2 années ago)

          Différent, oui est non, ils font tout de même l’expérience de la mort.
          Mais siiiii !!

          Répondre
  2. dbo
    12 juin 2014 at 9 h 10 min (2 années ago)

    mon grand père est décédé en début d’année et j’ai été franche avec ma fille. Elle a trois ans. Rapidement, elle m’a posé des questions sur pourquoi il était mort, où il était, si ses papys et mamys aussi allaient mourir.
    J’ai emprunté Aurevoir Blaireau à la médiathèque (et j’ai chialer comme une madeleine à la première page donc j’ai mis 3 bonnes semaines à pouvoir lui lire).
    Comme tu dis, on ne pense pas forcément à tout cela tant que la mort ne nous touche pas.
    Bonne journée ! (et non, pas d’autre bon livre à proposer sur le sujet 🙂 )

    Répondre
    • Milie
      12 juin 2014 at 9 h 52 min (2 années ago)

      Oui, on ne peut pas leur cacher.
      Ce livre, c’est une horreur pour les parents en fait… du coup, ça n’aide pas des masses…

      Répondre
  3. laetitia
    12 juin 2014 at 9 h 19 min (2 années ago)

    Au passage de chatchat tu m’as fait chialer… lol nous on en parle bcp a la maison et aussi souvent de chatchat et voyou mais aussi et surtout par rapport a ma maman pour préparer les enfants au pire… mais le plus tard possible j’espère!! Ce n’est jamais évident ces sujet mais effectivement il ne faut pas mentir et surtout employer les mots juste.
    Bisous BS

    Répondre
    • Milie
      12 juin 2014 at 9 h 53 min (2 années ago)

      Oh ben non 🙁
      Ah ben tu vois… tu m’éclaires… c’est peut-être un peu revenu après Voyou…
      Le plus tard possible XXXXXX
      <3

      Répondre
  4. bsricard
    12 juin 2014 at 10 h 02 min (2 années ago)

    Nous n’avons encore jamais été confronté à ces questions là les filles en parlent mais ne comprennent pas réellement c’est vrai que c’est un sujet difficile car il faut arriver à leur expliquer sans leur faire peur 🙁

    Répondre
    • Milie
      12 juin 2014 at 10 h 16 min (2 années ago)

      Ce n’est pas facile.
      Parfois les livres ou les dessins animés aident un peu à amorcer le sujet…

      Répondre
  5. 40 and so what
    12 juin 2014 at 10 h 19 min (2 années ago)

    Je crois, comme tu le dis qu’il faut dire les choses simplement. Avec leurs mots à eux, qu’ils comprennent facilement. Et surtout ne pas leur parler de la mort comme ça mais simplement lorsqu’ils en parlent et posent des questions. Parce ce que toute question mérite une réponse même un « je ne sais pas » ou « j’essayerai de te l’expliquer plus tard ». Et surtout ne pas leur mentir ou leur faire croire des choses incongrues. Mais je te l’accorde, la tache est délicate 😉

    Répondre
    • Milie
      12 juin 2014 at 11 h 22 min (2 années ago)

      Je refuse de lui mentir donc ça c’est bon 😉
      Après, c’est délicat : renseigner sans inquiéter…

      Répondre
  6. coralie
    12 juin 2014 at 10 h 30 min (2 années ago)

    Tu as raison d’utiliser le mot « mort » car les autres pourrait porter a confusion si une personne les emploi dans leur sens premier.
    Mes enfants (10 et15) ont la chance d’avoir leur arrières grand parents (les parents de mon papa) âgées de 90 et 93 ans. C’est génial ils en profitent bcp aux grandes vacances et a Noël. Mais cela leur a aussi montré que nous ne sommes pas égaux dans la vieillesse, puisqu’un de leur grand père est mort a 67 ans. On a expliqué comme toi et nous faisons vivre le souvenir de papy en en parlant régulièrement en racontant des anecdotes en regardant des photos.

    Répondre
    • Milie
      12 juin 2014 at 11 h 23 min (2 années ago)

      J’ai perdu mon grand-père très jeune (59 ans il me semble, j’avais 4 ans) et à côté, j’ai gardé mon arrière-grand-mère très longtemps <3

      Répondre
  7. Elodie Minet
    12 juin 2014 at 10 h 52 min (2 années ago)

    Bonjour,

    C’est un sujet difficile que nous devons abordé régulièrement à la maison.
    Mon père est mort d’un cancer fulgurant en 1 semaine,ma fille avait alors 3ans.
    On se dit qu’à cette âge là ils ne se rendent pas compte mais ce n’est pas vrai,elle était très proche de mon père ,ça n’a pas été évident de lui parler (surtout enceinte et à 3 semaines de l’accouchement).Maintenant elle a 5ans 1/2 et elle en parle toujours régulièrement.Pendant 1 an et demi elle en parlait tristement maintenant elle se rappelle des bons moments.

    Je ne lui ai pas menti.Je lui ai expliqué que son papy s’était tranformé en étoile,que son corps ne papy était cassé et comme une chenille qui se transforme en papillon ,il était devenu quelque chose de magnifique qui n’aurait plus jamais mal et qui veillait sur elle et qui préparait la place pour quand on serait très très vieux.
    Au moment de dormir ou quand on sort le soir,elle lève la tête et dit bonne nuit ,ça me brise le coeur mais je suis rassurée de voir qu’elle fait ça en souriant.

    C’est bien comme article,j’aurais aimé pouvoir me préparer à ce sujet sensible mais on n’y pense,il aidera je pense des mamans à anticiper.
    Bonne journée

    Répondre
    • Milie
      12 juin 2014 at 11 h 25 min (2 années ago)

      Dur dur de gérer sa propre peine tout en devant leur expliquer…
      Ton explication est très belle <3, tu m'as donné des frissons...

      Répondre
  8. meenah
    12 juin 2014 at 11 h 39 min (2 années ago)

    Mon fils va avoir seulement 4 ans j’ai déjà du lui parler de la mort lorsqu’il avait 29 mois j’ai perdu mon petit neveu son cousin alors agé de presque 5 ans …. Puis récemment il m’a posé des questions sur mon Papa qui est décédé il y’a bientôt 10 ans je lui ai alors expliqué et dernièrement il m’a dit : Ton Papa est au ciel, tu peux plus lui faire de câlins, ni de bisous c’est triste …

    Répondre
    • Milie
      12 juin 2014 at 11 h 44 min (2 années ago)

      Encore plus difficile… leur expliquer la mort d’un enfant…

      Répondre
    • Milie
      12 juin 2014 at 21 h 03 min (2 années ago)

      Dur dur…

      Répondre
    • Milie
      12 juin 2014 at 14 h 48 min (2 années ago)

      Je vais regarder ça, merci 🙂

      Répondre
  9. sophie mum
    12 juin 2014 at 13 h 52 min (2 années ago)

    je ne connais pas de livre, je lui parle c’est tout. je n’hésite pas a lui dire le mot mort (ok c’est cru pour elle mais elle comprend le sens) elle comprend quand elle voit un animal ou un insecte mort elle le dit. Pour un homme elle n’a jamais perdu qqn qu’elle connaissait mais pareil je lui dirais. après pour moi je sais que quand je pense a ma mère c’est le soir la nuit et je regarde les étoiles et là je souris au ciel. et merci pour le lien vers mon billet <3 gros bisous

    Répondre
    • Milie
      12 juin 2014 at 14 h 50 min (2 années ago)

      C’est dur mais c’est important d’utiliser le mot « mort ».
      De rien, ça permet de lire plusieurs avis 🙂

      Répondre
  10. zozomum
    12 juin 2014 at 14 h 00 min (2 années ago)

    Ça ne nous ai encore jamais arrivé et je trouve le sujet aussi difficile … Bien joli article

    Répondre
    • Milie
      12 juin 2014 at 14 h 50 min (2 années ago)

      Et je te souhaite que ça arrive le plus tard possible.
      Merci 🙂

      Répondre
  11. Amélie Epicétout
    12 juin 2014 at 15 h 21 min (2 années ago)

    Le chien de mes parents est mort aux 2 ans de ma Chouquette. Elle ne comprend pas, mes parents ont dit qu’elle était partie, moi je lui ai dit qu’elle était morte et qu’elle ne reviendra plus. A la question elle est où? j’ai aussi dit surement au ciel. mais elle ne comprend pas bien, pour elle, elle est juste très loin. Mais je pense que deux ans c’est vraiment trop petit. On est jamais préparé à parler de ce genre de choses.

    Répondre
    • Milie
      12 juin 2014 at 16 h 08 min (2 années ago)

      « Elle est où ? » ce n’est pas facile d’y répondre. Chacun a sa petite réponse, plus ou moins vague.
      Oui 2 ans, c’est petit, elle ne doit pas se rentre compte mais je trouve ça bien de lui expliquer comme tu le fais.

      Répondre
  12. Amélie-Marie
    12 juin 2014 at 18 h 17 min (2 années ago)

    Article très très touchant. Ma soeur a été confronté à la même difficulté avec ses fils lors de la mort de leur chat, et ça a été une épreuve terrible, car le plus grand portait à sa boule de poil un grand amour. Je ne suis pas encore parent, mais je crois que j’appréhenderai ce problème le jour venu.

    Répondre
    • Milie
      12 juin 2014 at 20 h 18 min (2 années ago)

      L’idéal, c’est de le prévoir un peu avant. Mais tu as encore le temps 😉

      Répondre
  13. Maman louzoù
    12 juin 2014 at 18 h 26 min (2 années ago)

    Malheureusement, je ne suis pas douée pour ça non plus, je ne serai d’aucune aide, pour personne
    La maîtresse m’a expliqué, pendant un cours de dessin, sur une personne qui n’était plus de ce monde, que Tit cul a donc gentiment expliqué à tout le monde qu’elle était au plafond, comme toutes les personnes mortes !!!!
    Elles sont au ciel, en haut … bon ben dans sa petite tête = le plafond !!!
    Et malgré nos explications, je n’ai pas vraiment l’impression qu’elle ait mieux compris 🙁

    Répondre
    • Milie
      12 juin 2014 at 20 h 18 min (2 années ago)

      Ah ben je suis vraiment désolée mais… je suis mdr !

      Répondre
  14. Caro Dels
    12 juin 2014 at 18 h 47 min (2 années ago)

    J’avais 7 ans quand mon frère ainé est mort, je ne sais pas comment j’ai géré ça étant enfant, je crois que ma mère avait déjà du m’expliquer la mort avant avec certains de nos animaux de compagnie mais je ne m’en rappelle pas. Je ne sais pas comment elle a traité ce sujet avec moi, mais je me rappelle clairement ses mots à mon réveil : « Ton frère est mort. » Je pense que tu as raison de dire le mot mort sans passer par d’autres qui ont au final, plusieurs sens… Sinon je me rappelle aussi avoir pendant longtemps nié la mort de mon frère, je voulais faire comme si c’était pas vrai, qu’il n’était pas mort, qu’il allait revenir, j’allais voir dans sa chambre au cas où… On a déménagé moins d’un an après et je m’étais demandé comment il nous retrouverais… Mais j’ai fini par l’accepter.
    Bref je ne sais pas si mon commentaire sert à grand chose j’étais plus âgée que ta puce mais c’était pour apporter un point de vue de l’enfant. L’important c’est que les parents soient là, ma mère m’a beaucoup aidé à faire mon deuil.

    Répondre
    • Milie
      12 juin 2014 at 20 h 58 min (2 années ago)

      Non au contraire, je te remercie pour ton commentaire.
      J’ai perdu mon grand-père (dont j’étais très proche car il me gardait) quand j’avais 4 ans mais je ne que peu de souvenirs…

      Répondre
  15. Pinkepsed
    13 juin 2014 at 2 h 35 min (2 années ago)

    C’est un très bel article et je suis entièrement d’accord sur le fait d’utiliser le vrai mot, « mort ». Comme tu le dis, les enfants ont besoin que les choses soient claires pour comprendre. Sans que ça empêche d’imager avec le ciel, le paradis, les étoiles, etc.

    Tu sais que tu as fait un joli lapsus (révélateur ?) dans ton texte : « on vit sans vie » au lieu d’on vit sa vie ?

    A bientôt!

    Répondre
    • Milie
      13 juin 2014 at 8 h 47 min (2 années ago)

      Oui je trouve ça important aussi.
      Merci
      Oups lol

      Répondre
  16. Marylin
    13 juin 2014 at 10 h 19 min (2 années ago)

    Hello,
    Oui, ce n’est pas simple comme sujet.
    Mon fils, de temps en temps, nous dit qu’il est « triste parce que quand on meurt il ne se passe plus rien »…
    Ben oui, c’est le principe, en effet…mais je suis bien peinée pour lui répondre quelque chose dans ces moments-là…
    Des idées maybe ?
    ++
    Marylin Dernier article de..La coupe menstruelle, mon 1er test grandeur natureMy Profile

    Répondre
    • Milie
      13 juin 2014 at 11 h 37 min (2 années ago)

      Hier soir, elle nous en a reparlé… mais je pense que c’était surtout une manoeuvre pour ne pas se coucher lol

      Je ne sais pas, tout dépend de tes croyances…
      – on est mort, il ne se passe plus rien (mais bon, on s’en fout, on est mort)
      – on va au ciel, au paradis
      – on vivra une autre vie

      Répondre
      • Marylin
        13 juin 2014 at 13 h 14 min (2 années ago)

        Oui, la technique pour pas se coucher, je connais ^^
        Suis plutôt du genre à dire qu’on ne sait pas et que personne n’est trop revenu pour raconter, mais bon, ça n’a pas l’air de trop le satisfaire…

        Répondre
        • Milie
          13 juin 2014 at 13 h 49 min (2 années ago)

          Hi hi ! les sales mioches !

          Répondre
    • Milie
      13 juin 2014 at 16 h 11 min (2 années ago)

      merci 🙂

      Répondre
  17. toscane
    14 juin 2014 at 9 h 53 min (2 années ago)

    Bonjour,

    Il a fallut qu on parle de la mort lorsque mon grand père est mort. Les petits qui avaient 4 et 5 ans etaient très proche de lui. Il était malade et il a d abord fallut leur expliquer la maladie puis ensuite la mort. On a expliquer les choses simplement, qu il était mort, qu il ne reviendrait pas et qu il était parti au ciel. Du coup pendant longtemps à chaque fois que mon plus grand voyait un arc en ciel, il disait que c etait pépé qui nous faisais coucou. Ca le consolait . Maintenant il se souvient des bons moments passé avec lui.
    Il a fallut leur expliquer une deuxième fois quand les chats de ma mère sont morts. Du coup à chaque fois il parle de pépé dès que le sujet de la mort refais surface… C est pas facile pour moi d en reparler. Mais j essaye de répondre à leur question quand ils en ont. Ils ont 6 et 7 ans maintenant, alors les questions sont de plus en plus nombreuses.

    Répondre
    • Milie
      15 juin 2014 at 16 h 12 min (2 années ago)

      C’est mignon 🙂
      Oui, il faut déjà réussir à gérer sa peine et trouver les bons mots…

      Répondre
  18. Maman est au musée
    15 juin 2014 at 15 h 44 min (2 années ago)

    Un bel article sur un sujet délicat. Ici nous avons abordé la mort quand j’ai perdu mon grand-père et donc l’arrière grand père de notre fils l’année dernière. Ce n’est pas évident, mais comme tu l’expliques, c’est important d’en parler.
    D’ailleurs notre Crapaud a été plus marqué par la mort du chat de sa mamie, chez qui il va souvent. Il nous en reparle encore aujourd’hui en nous disant que ça le rend triste quand il y pense …

    Répondre
    • Milie
      15 juin 2014 at 16 h 12 min (2 années ago)

      Oui peut-être que ça l’a plus touché s’il le voyait souvent…

      Répondre
  19. Carine P
    17 juin 2014 at 16 h 06 min (2 années ago)

    Entre 4 et 7 ans les enfants se posent souvent beaucoup de questions sur la mort, certains les posent les autres trouvent leurs réponses eux-même (sans doute des copains ou livre ou ils n’ont pas besoin d’en savoir plus pour le moment). Mes 2 grandes n’en ont jamais tellement parler.

    Répondre
    • Milie
      17 juin 2014 at 19 h 56 min (2 années ago)

      J’aime autant qu’elle me pose ses questions au lieu d’aller voir les copines 😉

      Répondre
  20. Olga
    19 juin 2014 at 23 h 28 min (2 années ago)

    Oui ça doit être vraiment difficile de parler de la mort à un petit enfants :s
    Je ne sais pas du tout comment je m’y prendrais ….

    Répondre
    • Milie
      20 juin 2014 at 13 h 41 min (2 années ago)

      Oui c’est dur dur…

      Répondre
  21. Tannabelle
    7 août 2014 at 14 h 23 min (2 années ago)

    Je suis tombée sur ton blog de fil en aiguille via Facebook.
    Je n’ai pu m’empêcher d’aller faire un tour sur cet article qui parlait de la mort expliquée aux enfants.
    J’avoue que je me sens encore plus désemparée. Mon fils n’a même pas 11 mois et pourtant il sait déjà, au plus profond de lui sans pouvoir l’exprimer, ce qu’est la mort car sa jumelle est née sans vie, qui plus est suite à une interruption médicale de grossesse pratiquée la veille de l’accouchement. Ils ont donc passé 7,5 mois ensemble dans mon ventre.
    Alors je redoute le jour où il commencera à poser des questions.
    Comment lui dire qu’on peut mourir avant de naître ?
    Comment lui dire qu’on peut mourir dans le ventre de sa maman ?
    Comment lui dire qu’on peut mourir avant de grandir, avant de devenir adulte, avant de se marier, avant d’avoir des enfants, avant d’avoir un travail ?
    Comment lui dire que des parents peuvent décider d’arrêter le cœur de leur enfant ?
    Comment lui dire la vérité sans l’effrayer ?
    Comment ???

    Répondre
    • Milie
      7 août 2014 at 16 h 07 min (2 années ago)

      Ce n’est pas facile de parler de la mort à ses enfants…
      Leur dire la vérité sans leur mentir mais sans trop en dire…
      Bon courage…

      Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *






Coche cette case pour qu’un lien vers ton dernier article apparaisse