Bouhhh que cette expression m’énerve… En ce moment, je vois passer pas mal de réactions sur l’avortement (pas que sur les blogs) et ça commence à me filer des boutons. Bon je vais pas te dire que l’avortement c’est bien ou pas bien, ce n’est pas à moi de te le dire mais j’aimerais juste rappeler que l’avortement est un droit et un droit fondamental.

Rappel de la loi autorisant l’avortement :

  • L’avortement, ou interruption volontaire de grossesse, est autorisé en France jusqu’à la douzième semaine de grossesse (article Article L2212-1 du Code de la santé publique).
  • Nul ne peut obliger une femme à interrompre une grossesse (code de la santé publique article L2222-1)
  • Nul ne peut obliger une femme à poursuivre une grossesse (délit d’entrave loi n°93-121 du 27/01/1993 dite « loi Neiertz »)

Le mot « volontaire« , par opposition aux interruption « thérapeuthiques » ou « médicales » se suffit à lui-même : c’est la femme, par sa seule volonté, qui décide si elle veut ou non continuer sa grossesse. C’est un droit qui a été durement acquis et qui ne devrait pas être remis en question. Ne nous voilons pas la face, même interdits les avortements étaient monnaie courante…

la-liberte-guidant-le-peuple

L’avortement dans le passé ?

  • Ce sont toutes les IVG pratiquées clandestinement (estimées à 200.000 en 1965) avec tout ce que cela entraîne : des avortements faits par n’importe qui, n’importe comment, en ne respectant pas les règles d’hygiène, ne faisant pas cas de l’âge du foetus, entrainant de nombreux décès. On utilisedes substances abortives telles que le plomb ou l’absinthe qui provoquent des hémorragies utérines et tuent le foetus, d’autres substances pour déclencher des contractions telles que l’ergot de seigle, la striknine, mais qui étaient toxiques et pouvaient tuer la mère. Par ma suite, on utilise des procédés mécaniques tels que les saignées, les coups dans le ventre, l’utilisation d’instruments pour perforer les membranes (aiguilles à tricoter, tringle à rideaux, …) entraînant des perforations de divers organes. Bref un massacre.
  • C’est Marie-Louise Giraud dite « la faiseuse d’anges » guillotinée en 1943 pour avoir 27 femmes illégalement.
  • C’est le Procès de Bobigny en 1972 où l’on juge une jeune-fille de 16 ans qui a avorté à la suite d’un viol.
  • C’est la réclusion à perpétuité ou la peine de mort qui sont prononcées à l’encontre des avorteurs et avortées. Pour rappel, dans un passé pas si éloigné, la prise de contraceptif et l’adultère étaient, eux aussi, des délits (alors que le viol d’un mari pas sa femme ne l’était pas…).
  • Ce sont ces femmes qui se sont battues pour ce droit, leur droit : les 343 salopes et leur manifeste (Pétition française parue en 1971 dans le magazine Le Nouvel Observateur, et signée par 343 femmes affirmant s’être fait avorter, s’exposant ainsi à l’époque à des poursuites pénalespouvant aller jusqu’à l’emprisonnement.), Catherine Deneuve, Françoise Sagan, Simone de Beauvoir, Simone Veil, Elisabeth Badinter, …

droit-avortement-manifeste

 

  • Enfin, la loi Veil en 1975, qui autorise l’avortement sous conditions.

simone veil- loi veil

 

Le droit de la femme de disposer de son corps

Oui la femme a le droit de mettre fin volontairement à sa grossesse. Alors l’expression « avortement de confort » me fait mal aux oreilles ! C’est quoi un avortement de confort ? Est-ce la femme qui utilise l’avortement comme moyen contraceptif ? la femme qui a oublié une fois sa pilule ? la femme qui se retrouve enceinte et seule ? la femme qui est mère de famille et tombe enceinte après son retour de couche ? la femme qui préfère privilégier sa carrière ? sa famille déjà là ? son mari ? la femme qui ne veut pas d’enfant ? la femme hyper-fertile ? la jeune fille qui boit plus que de raison à une soirée ? bref que de situations différentes ! Au final, elles auront en commun un moment de leur vie, un avortement, le petit détail qui, aux yeux de certains, les feront devenir des salopes

droit-avortement

Qui es-tu ? qui suis-je ? pour décider que tel avortement est justifié et pas un autre ? pour décider que cette femme a le droit de disposer de son corps et pas une autre ? Certaines femmes auraient droit à plus de respect que d’autres parce qu’elles n’ont jamais avorté ? (ou parce qu’elles n’ont jamais été confrontées à ce choix).  C’est plus facile pour nous d’imaginer qu’une femme violée ne veuille pas mettre au monde l’enfant de son violeur, moins d’imaginer qu’une femme ne veuille pas d’un enfant à un moment de sa vie, sans pour autant avoir été violée, maltraitée, …

Alors oui peut-être que j’ai plus de compassion pour la petite brésilienne de 9 ans violée qui se fait avorter que pour une voisine qui en serait à 3 ou 4 avortement mais pourquoi devrais-je juger la dernière ? . Oui, comme beaucoup, je suis choquée par une minorité qui utilise l’avortement comme moyen de contraception, mais cela reste une minorité (même si c’est celle qui est mise en avant dans les reportages télé racoleurs, on parlerait de 3%), mais concrètement on fait quoi ? on lui refuse l’avortement, et après ? quid de l’enfant né ? sera-t-il heureux ? aimé ? difficile à dire non ? c’est un pari un peu risqué…Le travail auprès de ces femmes ne devraient-il pas se faire a priori ? Quand j’entends des parents d’élèves refuser les cours ou les ateliers d’éducations sexuelles au collège, j’ai envie de hurler !

Le point sur l’avortement

Oui il y a trop d’avortements en France mais au lieu de juger, pleurnicher ou venir prêcher la bonne parole comme Marine Le Pen et son déremboursement de l’avortement de confort, il faudrait peut-être se poser les bonnes questions. Ce n’est pas en limitant le droit à l’avortement ou en continuant de juger celles qui y ont recours qu’on fera baisser ces chiffres ! Qu’on arrête de limiter les moyens de plannings familiaux, qu’on développe la prévention dans les collèges, qu’on facilite d’accès à la contraception (et pas que la pilule) et à la contraception d’urgence, qu’on rembourse les moyens de contraception (et pas juste quelques pilules pourries et l’IVG) et que les parents fassent leur boulot ! Oui les ados ont une vie sexuelle, il faut arrêter de fermer les yeux et leur donner les moyens de se protéger !

Il y a environ 200.000 IVG par an en France, dont environ 30.000 pour les 15-19 ans, 1 femme sur 4 avorte et 72% des avortements arrivent sous contraception. Les chiffres n’ont quasiment pas bougé depuis l’autorisation de l’avortement, mais peut-être que ce qui a changé ce sont les conditions d’avortement, tout comme la condition de la femme… peut-on les blâmer pour ça ?

C’est facile de juger, moins de se mettre à la place de l’autre. Je suis certaine que si l’avortement avait concerné le corps de l’homme et pas de la femme, nous n’en ferions pas un tel drame… mais tant que la femme portera le poids de la grossesse, ce sera à elle de prendre la décision. La femme n’est pas qu’un incubateur à bébé. Et quand je lis que certains médecins acceptent les IVG mais pas les « avortements de confort », ça me fait dresser les poils !

Le ton pro-avortement de ce billet n’est certainement pas un encouragement à l’avortement ou un appel à la banalisation mais à la tolérance et au respect. Oui on a le droit d’avorter et d’être respectée.

Et si tu te demandes pourquoi je n’aborde pas le sujet du point de vue du bébé, c’est justement parce qu’il ne s’agit pas d’un bébé mais d’un foetus non viable et sans personnalité juridique.

Et oui c’est encore un billet trop politiquement correct pour certains et tant pis… Pour moi, l’expression « avortement de confort », c’est de la merde ! C’est nier la réalité, la honte et la souffrance de beaucoup de femmes ! (finalement c’est bien digne d’un slogan FN)

liberté-avortement

Discours sur l’avortement de Simone Veil, 26 novembre 1974

Mme S. Veil : […] Je le dis avec toute ma conviction : l’avortement doit rester l’exception, l’ultime recours pour des situations sans issue. Mais comment le tolérer sans qu’il perde ce caractère d’exception, sans que la société paraisse l’encourager ? 
Je voudrais tout d’abord vous faire partager une conviction de femme — je m’excuse de la faire devant cette Assemblée presque exclusivement composée d’hommes : aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement. Il suffit d’écouter les femmes. 
[Applaudissements sur divers bancs de l’Union des démocrates pour la République, des républicains indépendants, des réformateurs, des centristes et des démocrates sociaux et sur quelques bancs des socialistes et radicaux de gauche.] 
C’est toujours un drame et cela restera toujours un drame. 
C’est pourquoi, si le projet qui vous est présenté tient compte de la situation de fait existante, s’il admet la possibilité d’une interruption de grossesse, c’est pour la contrôler et, autant que possible, en dissuader la femme. 
[…] 
L’intérêt de la nation, c’est assurément que la France soit jeune, que sa population soit en pleine croissance. Un tel projet, adopté après une loi libéralisant la contraception, ne risque-t-il pas d’entraîner une chute importante de notre taux de natalité qui amorce déjà une baisse inquiétante ? 
[…] 
Tout laisse à penser que l’adoption du projet de loi n’aura que peu d’effets sur le niveau de natalité en France, les avortements légaux remplaçant en fait les avortements clandestins, une fois passée une période d’éventuelles oscillations à court terme. 
[…] 
En préparant le projet qu’il vous soumet aujourd’hui, le Gouvernement s’est fixé un triple objectif : faire une loi réellement applicable ; faire une loi dissuasive ; faire une loi protectrice.

Cet article fait suite à ceux de CatwomanDexterinaMommy AnonymousMaman chanteMama’nonyme, Ladybutterfly, La nouvelle Eloïse, Rêves de Bulle et Mamananonyme (j’espère n’avoir oublié personne). Et je tiens à préciser que cet article ne vise personne en particulier.

Sources : Wikipédia, Planning familial, l’avortement, Université Paris Descartes,

[signature]

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Recherches :

simone veil jeune (23)MANIFESTE 343 SALOPES (18)343 salopes (13)

Commentaires

Commentaires

33 Comments on « L’avortement de confort » ? expression de merde !

  1. Maëva
    14 août 2012 at 10 h 13 min (5 années ago)

    Je suis bien d’accord avec toi. Pas parce que j’en ai subi un, parce que je ne vois pas bien où est le confort. Dans mon article, je dis à la fin que je suis contre l’avortement (bien que j’en ai subit un) de 1/ pour moi, de 2/ dans l’absolu. Dans l’absolu, on devrait pas avoir à choisir ce genre de chose. Comme tu l’écris si bien, oui, des femmes se sont battues pour que nous ayons ce droit, pour que notre corps nous appartienne entièrement. Pour que ces lois, faites par des hommes, prennent en compte nos désirs et nos besoins à nous, les femmes. Je trouve ça affreux, la manière dont les femmes avortées sont traitées. Comme des « marie couche toi-là », parce que si elle avorte, c’est forcément qu’elle couche avec tout ce qu’elle trouve. Bah non. Pas forcément. Mon avortement, j’en serais jamais fière. Je vivrais avec toute ma vie. Et je suis encore avec l’homme avec qui j’avais fait ce bébé.
    Et oui, au collège et au lycée on te parle de contraception. 1 fois en 4 ème, vite fait en 3ème quand on apprend la reproduction humaine, et un petit rappel en 2nde. C’est franchement pas assez.  Mais la sexualité, c’est tabou voyons, on va pas en parler à l’école. Par contre, toutes ces pubs avec du sexe plus oou moins affiché et assumé, c’est pas grave. Tout pousse les jeunes à l’actes de nos jours, mais il y a peu de garde fous. 3h en 3 ans, j’appelle pas ça un garde fou. Juste un dénivelé qui te fera peut être réfléchir, si tu es assez posé….

    Bref. Merci pour cet article Milie =) Bonne journée!

    (et siiii tu m’as oubliée moiiii ! Mais c’est pas important =p) 

    Répondre
    • Milie
      14 août 2012 at 11 h 17 min (5 années ago)

      Maëva, oui c’est surtout un cours sur la reproduction, pas sur la sexualité et il devrait arriver plus tôt dans le cursus.

      Bien sûr que dans l’absolu, je pense que tout le monde est contre l’avortement parce qu’on voudrait ne jamais en arriver là mais à force de dire que l’on est contre l’avortement, on arrive à des récupérations politiques telles que celle du FN.

      Je t’ai rajoutée 😉

       

       

      Répondre
      • Maëva
        14 août 2012 at 11 h 46 min (5 années ago)

        Milie, j’avais pas pensé au rapport avec le FN, tiens. J’espère ne pas être radiacale comme eux, et ne pas le devenir ! Juste être contre ‘dans l’absolu’ utopiquement….!
        Un jour peut être en tout cas, les établissements seront assez intelligents pour inclure l’éducation sexuelle comme thème d’apprentissage normal et comme coulant de source !

        Merci pour lajout Milie =) 
         

        Répondre
  2. cocoon
    14 août 2012 at 11 h 14 min (5 années ago)

    Merci Milie j adore cet article 
     

    Répondre
    • Milie
      14 août 2012 at 11 h 19 min (5 années ago)

      cocoon, merci. Il m’a pris du temps…

       

      Répondre
  3. Cat à Strophes
    14 août 2012 at 11 h 43 min (5 années ago)

    J’ai lu la plupart des articles sur le sujet ces derniers jours sur les différents blogs et je trouve de loin que ton article est celui qui représente le mieux ma pensée, il est très bien écrit, très clair et détaillé.
    Je pense comme toi que l’avortement est un droit fondamental et ça me choque que l’on puisse le remettre en questions sous prétexte qu’une minorité « abuse » de ce droit.
    Bravo pour cet article  

    Répondre
    • Milie
      14 août 2012 at 12 h 00 min (5 années ago)

      Cat à Strophes, merci. 
      Je crois qu’il n’y a pas plus dures avec les femmes… que les autres femmes… 

       

      Répondre
  4. Kiara
    14 août 2012 at 11 h 58 min (5 années ago)

    Si les parents parlaient sexualité avec les enfants, si l’école abordait mieux le sujet, si ce n’était plus tabou, il  aurait moins d’avortements! 
    Le discours de Simone Veil me donne toujours des frissons. Quelle femme!
    Kiara Dernier article de..Le conducteur zéroMy Profile

    Répondre
  5. Catwoman
    14 août 2012 at 12 h 17 min (5 années ago)

    Merci pour cet article très bien documenté et très bien écrit.
     
    Je suis tout à fait d’accord avec toi sur l’ensemble de ton article : qui sommes nous pour juger d’une femme qui avorte ?

    Répondre
    • Milie
      14 août 2012 at 18 h 47 min (5 années ago)

      Catwoman, merci. Oui c’est son corps, cela ne nous regarde pas.

       

      Répondre
  6. thebookofmum
    14 août 2012 at 12 h 44 min (5 années ago)

    Je n’ai pas grand chose à rajouter, si ce n’est que je suis en parfait accord avec toi !
    Merci pour le travail que tu as fait sur cet article ! 

    Répondre
    • Milie
      14 août 2012 at 18 h 48 min (5 années ago)

      thebookofmum, merci ! Et encore, j’aurais voulu en écrire encore plus mais il fallait s’arrêter…

       

      Répondre
  7. dexterina
    14 août 2012 at 13 h 21 min (5 années ago)

    Pour le jugement, je pense que souvent c est le coeur qui parle… mais si jugement il y’a sur ces femmes qui avortent à répétition, il doit y’avoir un jugement sur ces médecins qui les avortes sans essayer de mieux les encadrer et sans les aider à trouver une solution (un contraceptif qui conviendrait, une attitude a avoir, un rdv psy aussi peut être etc… )
    J’espère tout de même qu’un jour nous trouveront quelque chose de fiable à 100% pour ne plus avoir à se poser ce genre de question 😉
     
    Je rajoute ton article au mien dès que je suis chez moi. 😉
    dexterina Dernier article de..L’ IVG et NousMy Profile

    Répondre
    • Milie
      14 août 2012 at 18 h 49 min (5 années ago)

      dexterina, oui c’est ça. Et on regarde nos enfants et on se dit « je suis contre l’avortement ». 
      Les médecins, les politiques, le système, …

      Merci 🙂 

       

      Répondre
  8. mamananonyme
    14 août 2012 at 13 h 54 min (5 années ago)

    c’est super complet, c’est précis, c’est ni moralisateur, ni encourageant.
    En effet, les femmes ne font pas ça de gaïté de coeur.
    Ma grand-mère a connue deux avortements clandestins – elle est décédée et elle en parlait donc elle ne m’en voudrait pas d’en parler – à l’aiguille à tricoter dont un qui l’a envoyé à l’hopital et qui l’a rendue définitivement stérile – elle avait 6 enfants donc pas trop grave de ce coté là pour elle mais qu’en aurait -il été d’une fille de 20 ans ?
    Tu le dis des le début, c’est un droit fondamental !
    je t’ajoute à ma liste !
     

    Répondre
    • Milie
      14 août 2012 at 18 h 51 min (5 années ago)

      mamananonyme, merci. Oui c’est un droit fondamental mais ça n’empêche pas les jugements moralisateurs.

       

      Répondre
  9. Mowgouaille
    14 août 2012 at 18 h 36 min (5 années ago)

    OUaaaaaaaaaaaaah bah ça c’est du post!!! Fantastique!!! J’aurais voulu faire un post aussi complet!!!

    Répondre
    • Milie
      14 août 2012 at 18 h 53 min (5 années ago)

      Mowgouaille, merci. Complet, je ne sais pas, j’aurais voulu rajouter des tas de choses mais il aurait été illisible…

       

      Répondre
  10. Emi'lit
    14 août 2012 at 21 h 03 min (5 années ago)

    Merci pour cet article, il résume très bien ce que je pense de l’avortement. Merci aussi pour ce qu’il m’a permis d’apprendre aussi!

    Répondre
    • Milie
      14 août 2012 at 21 h 15 min (5 années ago)

      Emi’lit, merci de t’être arrêtée ici et d’avoir laissé un petit mot.

       

      Répondre
  11. Mok
    26 août 2012 at 18 h 40 min (5 années ago)

    Merci beaucoup pour cette article. J’ai avorté il y à 3 jours et je peux dire que ce n’était pas par plaisir…

    Un accident, une pilule inadaptée et un préservatif rompu…
    Et voilà… Je vit encore chez mon père, sans boulot et je n’ai même pas finis mes études. Je ne suis avec mon copain que depuis quelque mois et lui non plus n’a pas de logement ou de moyens pour subvenir au besoin d’un enfant et encore moins de cet enfant et moi! Alors j’en suis arrivé là…
    Et voilà 3 jours que je souffre suite à la méthode médicamenteuse. Mais je préfère souffrir moi plutôt qu’un enfant qui n’aurais jamais demandé à être là, à vivre dans la misère et qui serait un fardeau plutôt qu’un petit être choyé.

    Donc pour moi les avortements de « confort » n’existent pas. On ne peut pas dire de « confort » puisque les méthodes sont aussi affreuses à subir qu’à accepter…

    Et je suis bien contente que des femmes se soient battues pour nos droits aujourd’hui. Car ce n’est pas ces partis politique qui m’aurait aidé à vivre avec cet enfant tout les jours… Ce n’est pas lui qui l’aurais aimé et nourri. Ces partis au contraire l’auraient placé en foyer si je n’avais pas eu les ressources nécessaires pour lui! Ils ne veulent pas de ces avortements mais ne font rien pour aider ces femmes qui n’ont pas d’autre choix!

    La preuve c’est que je ne savais même pas que le planning pouvait m’aidé pour le stérilet car je n’avais pas les moyen financier de prendre une autre protection que la pilule… 
     
    En tout cas merci! Tu m’as redonné confiance en moi et en mon choix car je le vivais un peu mal ces derniers jours… 

    Répondre
    • Milie
      22 janvier 2014 at 23 h 26 min (4 années ago)

      Merci 🙂

      Répondre
  12. Ninou
    23 janvier 2014 at 21 h 25 min (4 années ago)

    Un très belle article que tu as fait là je l’ai d’ailleurs intégrer au miens j’espère que tu ne m’en voudra pas.
    Pour en avoir subit un, j’avoue vraiment que contrairement à ce qui est souvent dit non c’est pas par plaisir qu’on le fait… Bonne soirée Ninou

    Répondre
    • Milie
      23 janvier 2014 at 22 h 45 min (4 années ago)

      Non au contraire, c’est très sympa 🙂
      « Subi » un… voilà… c’est rarement un moment de joie…

      Répondre

4Pingbacks & Trackbacks on « L’avortement de confort » ? expression de merde !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *






Coche cette case pour qu’un lien vers ton dernier article apparaisse