Moi j’ai 35 ans, je suis maman, je suis plutôt en bonne santé (sauf si on s’interroge sur ma santé mentale ou sur l’état de mon foie) et je devrais donner mon sang. J’adorerais sauf que j’ai une trouille pas possible. C’est pas très cool. Tu me diras « Allez ma chochotte, tu prends sur toi et tu y vas ». Ouais OK mais j’ai peur.

La seule fois où je suis allée volontairement donner mon sang, on me l’a refusé car j’étais encore mineure (j’avais 18 ans très peu de temps après). Je peux le comprendre. Mais je me rappelle ma colère à l’époque. Cette frustration qui ne m’avait pas quittée de la journée. Je voulais faire un geste généreux, aider potentiellement quelqu’un et on me le refusait.

Don du sang autorisé sous conditions aux homosexuels

Alors j’imagine la colère de ceux à qui on l’interdit. Oui parce que tu dois savoir que depuis de nombreuses années certaines personnes ne peuvent donner leur sang. On peut comprendre certaines restrictions servant à protéger le donneur et le receveur mais depuis des années, on interdit aux (hommes) homosexuels de donner le sang.

Autant dans les années 80, avec l’apparition du SIDA et de la séropositivité, l’histoire du sang contaminé, je peux comprendre le sentiment de peur et les précautions, autant aujourd’hui j’avoue que j’ai du mal. De me dire que près de 30 ans plus tard (ouais OK j’arrondis), on en est toujours au même point.

Alors je me suis interrogée sur les raisons pour lesquelles le don du sang était interdit aux homosexuels.

L’interdiction du don de sang aux homosexuels

Voit-on forcément dans l’homosexualité un comportement à risques ? Le gay est-il ce mec aux mœurs légères qui se fait attraper sans protection des les toilettes d’une boite de nuit ? (alors qu’on sait que ça n’arriverait JAMAIS à un hétéro bien sûr !!). Cela ne tiendrait-il pas également à quelques préceptes « moraux » et religieux ?

Je suis partie en quête d’informations sur google. J’ai cherché des articles, des études et j’ai découvert que les statistiques montraient que les hommes ayant des pratiques homosexuelles avec d’autres hommes avaient un risque plus élevé d’être infecté par le VIH, mais aussi par le virus de l’hépatite B ou la syphilis. En 2010, en France, le risque d’exposition au VIH était 200 fois plus élevé lors d’une relation sexuelle entre hommes que lors d’une relation hétérosexuelle ou d’une relation sexuelle entre femmes.. Certes, le sang est testé mais il existe une période de latence d’une dizaine de jours pendant lesquels les marqueurs de l’infection ne peuvent pas être détectés. Ce que les professionnels de la santé appellent une fenêtre silencieuse.

J’ai lu quelques chiffres et statistiques mais ils ne montrent que des évaluations vues sous un certain angle.

Par exemple, l’étude de VIH.org publiée en 2011 :

Notre étude publiée dans la revue Vox Sanguinis en 20112 propose d’abord une estimation inédite. Celle de la part attribuable aux donneurs HSH dans le risque résiduel actuel de transmission du VIH par transfusion en France, part associée au manque de compliance à l’exclusion permanente. Le risque résiduel global a été estimé sur la période 2006-2008 à 1/2 440 000 dons, ce qui correspond à environ un don potentiellement contaminant par an en France. En 2006-2008, 31 séroconversions VIH se sont produites chez des donneurs de sang réguliers ; il s’est avéré au cours de l’interrogatoire post-don que 15 étaient des HSH. Ceci correspond à une incidence du VIH chez les HSH donnant leur sang malgré la mesure d’exclusion actuelle 45 fois à 120 fois plus élevée que celle observée chez les autres donneurs.

Ah oui les chiffres font peur mais montrent-il la réalité ?

On ne peut pas quantifier le risque puisque les homosexuels sont interdits de don de sang. Qui sont ces 15 hommes ? Peut-on baser une étude sur 15 personnes ? Tu vois où je veux en venir ? Si toute la population homosexuelle donnait son sang demain, les chiffres seraient-ils les mêmes ? Je ne dis pas que c’est faux, je dis juste que ce n’est peut-être pas représentatif de la réalité ?

Et concrètement, aujourd’hui, pour savoir si on peut donner ou non son sang, il faut remplir un questionnaire. Qui a dit que les réponses étaient forcément la vérité ? Ne peut-on pas mentir en le remplissant ? Les homosexuels donnent peut-être déjà leur sang tous les jours, peut-être sauvent-ils des vies ?

L’autorisations du don mais certaines conditions

Hier, la toile s’est affolée face à l’annonce de Marisol Touraine, ministre de la santé, d’autoriser sous conditions le don du sang par les homosexuels.

Dans un premier temps, le don du sang sera ouvert aux homosexuels n’ayant pas eu de relations sexuelles avec un autre homme depuis douze mois. Les homosexuels pourront donner leur plasma s’ils sont dans une relation stable depuis quatre mois ou s’ils n’ont pas eu de relations sexuelles sur la même période. Les premiers dons nous permettront de réaliser des études et, s’il n’y a pas de risques, les règles qui s’appliquent aux homosexuels seront rapprochées des règles générales l’année qui suit.

Evidemment, cette annonce a provoqué de nombreuses réactions notamment sur twitter avec le hashag #DonDuSang. Certains y voient une avancée, d’autres ne comprennent pas les conditions imposées et n’y voient qu’une énième discrimination.

Je m’interroge. D’un côté, on ne peut pas mettre en danger les transfusés si le risque de contamination est réellement avéré. De l’autre, pourquoi une interdiction ou des restrictions  si le danger n’est pas prouvé ?

J’essaie de réfléchir avec mon dernier neurone encore en état et je me demande…

Si c’est la sodomie non protégée qui est considérée comme comportement à risque, n’est-ce pas une erreur de penser que seuls les homosexuels la pratiquent ? Dans ce cas, les hétéros devraient répondre aux mêmes conditions non ? Un questionnaire suffit-il à la sécurité ? Ne peut-on pas appliquer une mise en quarantaine du sang ?

En France, une personne hétérosexuelle doit laisser passer 4 mois après un rapport sexuel à risque avant de pouvoir donner son sang. Pourquoi appliquer 12 mois aux hétérosexuels ?

Vraiment, mon petit neurone a dû se griller hein…

Et baiser avec une licorne, ça compte comme quoi ?

Sources : VIH.org, Don du sangLe Monde

(pardon pour le titre racoleur, j’étais un peu énervée)

Image Map
Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

Commentaires

10 Comments on Toi le gay, on ne veut pas de ton sang ! (ah si peut-être si t’es sage)

    • Milie
      5 novembre 2015 at 10 h 28 min (1 année ago)

      Disons que ça serait bien d’avoir de vraies justifications…

      Répondre
  1. Alexia Carminati
    5 novembre 2015 at 10 h 14 min (1 année ago)

    100% d’accord! Pourquoi 12 mois au lieu de 4 comme pour nous hétéro, hein? L’avancée est là malgré tout et quitte à s’en contenter autant s’en réjouir… C’est un premier pas!

    Répondre
    • Milie
      5 novembre 2015 at 10 h 27 min (1 année ago)

      Oui c’est ce que je me dis, ce sera déjà mieux qu’avant mais pourquoi se limiter ?

      Répondre
  2. Djahann
    5 novembre 2015 at 10 h 21 min (1 année ago)

    Si on part des statistiques, ok, les homosexuels sont peut être plus une population à risques. Mais dans les hétéros, combien prennent des risque en en se protégeant pas ? en changeant de partenaire chaque jour ? Ou tout simplement en ne sachant pas que la maladie est déjà en eux ? Et puis réduire les gens à des catégories selon leur sexualité est dérangeant. De plus, comme tu le soulignes, c’est du déclaratif. Tout le monde hétéro comme homo a-t-il toujours rempli la fiche en étant honnête ? Dans tous les cas, je pense que c’est mieux que ça soit ouvert à tout le monde. Si ça peut permettre d’augment les stocks et sauver des vies….
    Bref, le débat est long et complexe !
    Djahann Dernier article de..[LECTURE] Zéro Déchet de Béa JohnsonMy Profile

    Répondre
    • Milie
      5 novembre 2015 at 10 h 25 min (1 année ago)

      Je vois qu’on se pose les mêmes questions 🙂

      Répondre
  3. missfujii
    5 novembre 2015 at 12 h 23 min (1 année ago)

    Tu sais je pèse moins de 50 kg, il ne veulent pas de mon sang non plus !En plus quand j’ai dit que j’étais célibataire que j’utilisais des préservatifs, le médecin une vieille peau avec du poil au menton m’a rétorqué qu’il y avait d’autre pratiques risquées quand on n’avait pas un partenaire de vie. Alors je lui dit que il y avait plus de risque avec les hommes mariés qui trompent leur femme et qui n’utilisent pas de préservatifs (il y en a plus qu’on le croit qu’avec une célibataire qui justement fait attention ! Mais bon elle était bornée
    missfujii Dernier article de..PROJET 52-2015 SEMAINE45 #roseMy Profile

    Répondre
    • Milie
      5 novembre 2015 at 12 h 34 min (1 année ago)

      Oui j’ai vu que le poids estimé trop faible faisait partie des conditions d’interdiction pour protéger la santé du donneur. Je me demande aussi si ce n’est pas trop restrictif. J’ai pesé moins de 50 kg (bon OK c’était y’a longtemps) et je n’étais pas en mauvaise santé.
      Je comprends qu’on veuille limiter les risques mais du coup ça n’a pas vraiment de sens, notamment sur le célibat, l’abstinence, …

      Répondre
  4. soso59160
    6 novembre 2015 at 6 h 30 min (1 année ago)

    je ne savais pas qu’il y avait autant de critères pour donner son sang… d’un côté tant mieux, mais d’un autre pourquoi éliminer d’office toute une communauté?? n’a-t-on pas droit tous les ans aux discours des autorité s’alarmant du manque de don de sang???
    pour moi cette nouvelle loi pour les homosexuels ne changent pas grand chose… une personne (hétéro ou homosexuelle) reste-t-elle souvent 12 mois sans relations sexuelles? c’est un peu se foutre du monde je trouve…

    Répondre
    • Milie
      6 novembre 2015 at 9 h 13 min (1 année ago)

      Et oui, pas très logique tout ça…

      Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *






Coche cette case pour qu’un lien vers ton dernier article apparaisse