Face à la violence, il n’est pas toujours aisé de savoir comment réagir. Pourtant s’il y a une chose sur laquelle tout le monde est d’accord, c’est qu’il faut en parler ! Mais ce n’est pas toujours simple de trouver à qui se livrer. La région Ile-de-France tente de sensibiliser les jeunes touchés par la violence en renforçant sa présence sur la toile grâce à une campagne vidéo.

violence

Afin d’aider les jeunes en souffrance (harcèlement, racket, agression, …), la région met à en place une ligne téléphonique anonyme et gratuite : 0808 807 700 ouverte tous les jours sauf jours fériés de 10h à 22h. Les jeunes pourront y trouver écoute, soutien moral et conseils donnés par des professionnels. Les appels sont pris en charge par 20 psychologues et juristes.

La solution, c’est d’en parler

Un site internet est également disponible avec un forum et des articles sur la violence., … C’est très complet. On y explique les formes de violences, le GHB, le viol, les violences familiales, … mais également les nouvelles « modes » comme le happy slapping, Il y a une partie pour les enfants ainsi qu’une pour les parents.

En tant que parents, nous devrions tous avoir ce genre d’informations sous la main car la violence, notamment à l’école, ça arrive malheureusement assez souvent. J’ai travaillé en collège pendant 7 ans et ce qu’on peut y voir n’est pas toujours drôle. Ce n’est pas simple d’amener les enfants à se confier… Et preuve que ça n’arrive pas qu’aux autres, on a déjà parlé deux fois de ce sujet ici…

Le site : Jeunes violences écoute

Parlons-en ! 0808 807 700

video-s

 

 

Image Map
Rendez-vous sur Hellocoton !

Recherches :

campagne publicitaire harcèlement scolaire (2)jeune violence écoute (1)

Commentaires

Commentaires

2 Comments on Violence, il faut en parler ! (Jeunes violences écoute )

  1. Njoy
    8 novembre 2013 at 15 h 25 min (3 années ago)

    Une excellente initiative !…
    Quelle soit physique, verbale, ou psychologique, quand on voit la montée de la violence chez les jeunes, dès le plus jeune âge, et pas seulement dans la rue, au sein même des établissements scolaire, ça fait froid dans le dos !
    Traduction d’un mal être sociétal chez ces jeunes ? En partie, probablement… Mais de fait, les actions préventives, toutes difficiles à trouver et mettre en place soient-elle, prennent là toute leur importance !

    Répondre
    • Milie
      8 novembre 2013 at 20 h 07 min (3 années ago)

      Surtout une ligne gratuite et anonyme, ça peut aider…

      Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *






Coche cette case pour qu’un lien vers ton dernier article apparaisse